Forum des Passionnés de Retriever Labrador
Vite, on vous attend....



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Standard de la race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salto
Admin


Féminin
Ville : Neuville Bosc Age : 55
Nombre de messages : 2384
Date d'inscription : 07/11/2008

MessageSujet: Standard de la race   Sam 8 Nov 2008 - 15:25

Standard F.C.I. N° 122 / 29.01.1999 / F - RETRIEVER DU LABRADOR (Labrador Retriever)
TRADUCTION: Prof. R. Triquet - ORIGINE: Grande Bretagne

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D'ORIGINE EN VIGUEUR 24.06.1987.

UTILISATION Chien rapporteur de gibier

CLASSIFICATION FCI
Groupe 8 Chiens rapporteurs de gibier, chiens leveurs de gibier, chiens d'eau.
Section 1 Chiens rapporteurs de gibier. Avec épreuve de travail.

Le standard est un texte qui tente de définir les points principaux caractérisants une race donnée. Le standard d’une race appartient au pays d’origine de la race c'est-à-dire, en ce qui concerne le Labrador Retriever, la Grande Bretagne. Les Etats-Unis utilisent un standard un peu différent notamment en ce qui concerne les tailles.
La FCI, fédération internationale de cynophilie, a classé les différentes races canines en 10 groupes, les regroupant par similarité de fonctions et d’aptitudes. Chaque groupe est sous divisé en sections. Le Labrador partage le huitième groupe avec les cinq autres races de retrievers, les spaniels qui sont des chiens leveurs de gibier et les chiens d’eau. . Tous ces chiens ont en commun une utilisation proche à la chasse. Ce sont des spécialistes du petit gibier et en particulier du gibier d’eau. Ils ont tous, à des degrés différents, la capacité de lever le gibier, de le retrouver et de le rapporter.

Le labrador est un chien créé pour la chasse. Sa morphologie est ce qu’elle est car elle doit lui permettre d’effectuer le travail qui est le sien de manière optimale. Tous les points du standard sont donc en rapport avant tout avec le travail du labrador, la recherche et le rapport du gibier tiré, aussi bien sur terre que dans l’eau et ce, même par temps froid hivernal.



ASPECT GENERAL: Fortement charpenté, au rein court, très actif. Le crâne est large. La poitrine est bien descendue et les côtes bien développées ; le rein et l'arrière-main sont larges et puissants.


Fortement charpenté : Le squelette est solide avec une forte ossature. Si cette qualité fait défaut, on parle d’un chien « léger dans sa structure » ou encore « qui manque d’os ». L’ossature doit être en adéquation avec l’ensemble du chien. « Jamais un labrador ne doit donner l’impression d’être haut ou court sur pattes, pas plus que d’être un tonneau monté sur allumettes ou encore moins d’être gracile du bout du nez jusqu’à la pointe de la queue ».
Les formes doivent être en équilibre et la force doit s’allier à, l’élégance. La nuance entre un mâle et une femelle doit être perçue d’emblée. « Le corps du mâle est plus compact que celui de la femelle s’inscrivant dans un carré et sa tête au crâne et au museau plus larges reflète une virilité civilisée ».

Rein court : Le rein est cette zone qui s’étend entre la dernière côte flottante et la courbe du grasset. Cette partie du corps équivaut normalement à la largeur d’une main, un peu plus chez une femelle. S’il est trop long, le chien sera handicapé dans son travail. Il manquera de puissance dans l’arrière main et fatiguera plus vite.

Crâne large : Oui le crâne doit être large mais pas trop large comme on peut souvent le déplorer donnant au chien une allure molossoïde.

La poitrine est bien descendue : signifiant que sa ligne du dessous atteint le coude. Les côtes sont en plein cintre, c'est-à-dire qu’elles partent horizontalement de chaque côté de la colonne vertébrale ce qui contribue à l’aspect « rond » du labrador. Tout cela confère un volume confortable à la cage thoracique ce qui permet d’y loger bien à l’aise les poumons et de faciliter une bonne respiration notamment lors d’efforts soutenus, ou lorsqu’il doit nager ou courir avec la gueule remplie du gibier qu’il rapporte.

Rein et arrière main large et puissant : Le labrador devant ramener rapidement le gibier tiré, on exige de lui des démarrages rapides et donc un maximum de poussée dans le train arrière. Dans l’eau, la puissance du train arrière favorise la poussée et améliore la nage.

COMPORTEMENT / CARACTERE: Bon caractère, très agile. Nez excellent ; dent douce ; passion pour l'eau. Compagnon fidèle, capable de s'adapter partout. Intelligent, ardent et docile, il ne demande qu'à faire plaisir. Naturel amical, sans aucune trace d'agressivité ; il ne doit pas non plus se montrer craintif à l'excès.

Bon caractère : Ce point est fondamental. Il englobe la joie de vivre, l’absence d’agressivité et son égalité d’humeur.

Agile : Le terme agile complète le terme actif cité dans le chapitre « apparence générale ». Malgré son poids et son volume supérieurs à ceux d’autres chiens de chasse, il est capable de passer partout. Il doit cependant rester d’une taille moyenne car une trop grande taille serait handicapante pour son travail. Trop léger, sa puissance en pâtirait

Nez excellent : ses qualités olfactives hors pair sont un de ses atouts majeurs au travail.

Dent douce : Elle est indispensable pour le rapport du gibier qui doit être remis intact en main, de même qu’un gibier blessé doit être ramené vivant.

Intelligent : Il n’oublie jamais ce qu’il a appris, même s’il peut faire semblant de ne pas comprendre par espièglerie, car il est très joueur. Il aime tester son maître pour connaître ses limites en matière de patience et de tolérance. Têtu, il oublie rarement une sanction qu’il juge injustifiée.

Ne demande qu’à faire plaisir : C’est ce que les anglais désignent par le « will to please ».

Caractère amical : Il découle de sa confiance dans l’homme.

TETE / REGION CRANIENNE: Crâne Large, bien dessiné sans joues épaisses (viandeuses).Marqué.

Une tête viandeuse est une tête d’allure « vulgaire » avec de grosses bajoues, des lèvres trop pendantes, des paupières tombantes et des tissus mous avec des plis de peau. Les lèvres doivent partir en courbe douce depuis le milieu de la truffe, donnant ainsi une belle ligne aérodynamique qui permet au labrador, quand il nage, d’avoir la truffe au raz de la surface de l’eau, la tête comme posée sur l’eau. La pénétration dans l’eau est ainsi optimale et, de plus, favorise la prise d’émanation (le fait de capter les odeurs) d’un gibier flottant sur l’eau et hors de sa vue.

Stop bien marqué : Le stop ou angle crânio facial est la dépression située entre les arcades sourcilières et séparant le front du chanfrein. Est d’environ 140°. Doit être tout en courbe et surtout pas anguleux.

REGION FACIALE:
Truffe : Large, les narines bien développées.
Museau : Puissant ; il n'est pas en sifflet.
Mâchoires/dents : Mâchoires de longueur moyenne ; mâchoires et dents fortes et présentant un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d'équerre par rapport aux mâchoires.
Yeux : De dimensions moyennes, exprimant l'intelligence et le bon caractère. De couleur marron ou noisette.
Oreilles : Ni grandes ni lourdes, elles tombent contre la tête et sont attachées plutôt en arrière.

Truffe large et narines bien développées : la truffe doit être perpendiculaire au chanfrein et les narines bien ouvertes pour faciliter la respiration du chien dont la bouche est occupée par une pièce de gibier et participe à ses qualités de nez. Ne doit pas être rose bien que les conditions d’ensoleillement, le fait d’aller beaucoup à l’eau et les variations hormonales chez les chiennes au cours du cycle sexuel favorise la décoloration chez les chiens de robe jaune.

Museau en sifflet : ce que les anglais nomment « snippy ». La traduction « en sifflet » est celle du professeur Triquet, le professeur Queinnec préférant le terme « effilé ». Encore appelé chanfrein, sa ligne du dessus est parallèle à la ligne du dessus du crâne. Sa longueur est idéalement égale à celle du crâne


Mâchoires de longueur moyennes : On voit fréquemment des chanfreins courts, de longueur inférieure à celle du crâne. Ceci gène une bonne prise en bouche du gibier obligeant le chiuen à serrer plus et donc à abîmer le gibier. De plus, il aura tendance à le déposer pour mieux le reprendre ce qui le pénalisera en field trial et, en casse pratique, l’exposera à laisser s’enfuir un gibier qui n’est que blessé et qui donc souffrira inutilement.

Concernant l’articulé dentaire, le texte est sur ce point sans aucune ambiguité.

Les yeux : Le standard est très discret à ce sujet. Par rapport au volume total de la tête, les yeux sont de taille moyenne ce qui se remarque surtout chez les chiens à robe noire. Chez les chiens jaunes, ils paraissent plus grands à cause de la pigmentation qui maquille le pourtour de l’œil. Leur placement et leur forme, idéalement losangique, sont ‘importance. Quand à la couleur idéale, elle est bien difficile à déterminer et dépendante de la couleur de robe. L’expression devrait être le critère majeur d’appréciation et la couleur idéale semble être celle qui donne au regard son expression douce recherchée.

Les oreilles : leur positionnement, bord avant contre la joue, les protège du vent et de l’eau en nageant. Leur mobilité doit permettre au chien d’exprimer toute l’expression du moment. Enfin, sa taille doit être proportionnelle à celle de la tête. Ramenée en avant, sa pointe atteint idéalement la commissure interne de l’œil situé du même côté.


COU
Net, puissant et solide, s'insérant dans les épaules bien placées.

Il doit être net, bien dégagé des épaules et non chargé en excès de fanons, ces replis de peau tombant en avant. Si ces fanons ne doivent pas être exagérés, un cou trop « sec » est un handicap pour le chien qui se retrouvera insuffisamment protégé s’il doit rentrer ans la ronce ou toute autre végétation hostile.Le cou doit être puissant car il sert de balancier au chien revenant en courant et chargé d’une pièce de gibier


Dernière édition par Salto le Mer 12 Nov 2008 - 15:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/beauregardduboisdelescampette/home
Salto
Admin


Féminin
Ville : Neuville Bosc Age : 55
Nombre de messages : 2384
Date d'inscription : 07/11/2008

MessageSujet: Re: Standard de la race   Sam 8 Nov 2008 - 15:25

CORPS:
Dos : La ligne du dessus est horizontale.
Rein : Large, court et fort.
Poitrine : Bien large et bien descendue avec des côtes en plein cintre.

Sa caractéristique principale est la forme de sa poitrine de forme ovale, en tonneau. On ne doit pas voir les côtes du chien, tout au plus les deviner. Vu de profil, la ligne du dessous du ventre ne doit pas être « levrettée » mais à peine relevée vers l’arrière. La ligne du dessus, la ligne de dos, doit être horizontale et tendue. Le rein court donne une impression de force et participe à l’apparence générale de robustesse.
Il est recouvert d’un capiton graisseux, sans excès, qui isole le chien et le protège, notamment ses poumons, lorsqu’il doit évoluer en eau glacée. Par ailleurs, la flottaison du chien s’en trouve améliorée.

« Bien souvent nous entendons les gens nous dire que nos chiens sont gros ce qui n’est pas toujours exact. Ils sont juste bâtis différemment des autres races. Les chiens d’arrêt sont construits avec une avant-main plus large et plus puissante que l’arrière et pour la labrador on recherche le contraire, ce que j’appelle des « pointes de flèches » Mary R. Williams.



QUEUE
Trait distinctif de la race très épaisse à la naissance s'effilant progressivement vers l'extrémité, de longueur moyenne, dépourvue de frange, mais recouverte complètement d'un poil court, épais, dense qui donne une apparence de rondeur décrite sous le nom de queue de loutre . Elle peut être portée gaiement, mais elle ne doit pas se recourber sur le dos.

Signe distinctif de la race : « sans queue de loutre, pas de labrador ». C’est un appareil multi usages, toujours en mouvement, servant aussi bien de balancier pour le mouvement que de gouvernail à la nage ou de baromètre pour l’humeur et l’état de santé. De base épaisse et cylindrique, elle s’affine vers la pointe et est fournie en poil et sous poil mais sans franges. De longueur moyenne, sa pointe ne doit pas dépasser la pointe du jarret.

MEMBRES
MEMBRES ANTERIEURS
Les antérieurs ont une bonne ossature et sont droits du coude au sol, qu'ils soient vus de face ou de profil.
Epaules : Longues et obliques.

L’épaule : Sur le plan fonctionnel, il est impossible de dissocier l’épaule du cou du labrador. Le positionnement du cou par rapport à l’épaule est fondamental. La construction imparfaite de ces deux entités anatomiques complémentaires entravera le travail de rapport des pièces lourdes de gibier. En prenant en bouche et en soulevant la pièce de gibier, la masse doit être transférée de façon harmonieuse à, la base du cou et aux épaules pour en rendre le rapport au galop, surtout si le terrain est difficile, plus facile. Sur le plan osseux, l’épaule est l’articulation qui unit l’omoplate à l’humérus (l’os du bras) qui lui-même s’articule plus bas avec les os de l’avant-bras au niveau du coude. Idéalement, l’omoplate doit être longue, oblique vers l’arrière, faisant un coude de 90° avec l’humérus. L’humérus quand à lui doit être court et dessiner avec le coude un angle de 145°.





MEMBRES POSTERIEURS
Bien développés, la croupe ne descend pas vers la queue.
Grasset : Bien angulé.
Jarret : Bien descendu. Les jarrets de vache sont à proscrire.

L’arrière main : Elle est constituée de la croupe et des pattes arrières. La croupe ne doit pas descendre vers le fouet (la queue) mais permettre à l’horizontalité de la ligne de dos de se poursuivre et de se prolonger par la ligne de dessus du fouet sans qu’on puisse discerner le point de séparation entre le corps et le fouet. La cuisse est courte et,quel que soit l’angle sous lequel on la regarde, elle doit être bien rebondie. De profil, le grasset (genou) doit être bien angulé, sinon on dira que le chien a « la cuisse droite ». Le jarret, qui correspond à notre talon, est bien descendu ce qui signifie que la jambe est longue.Depuis le jarret jusqu’aux orteils, le pied descend perpendiculaire au sol. La configuration de l’arrière main est déterminante pour les qualités de travail du labrador. Elle lui confère sa rapidité au démarrage, sa grande résistance sur terre et son endurance à la nage.





PIEDS
Ronds, compacts ; doigts bien cambrés et coussinets bien développés.

Cette forme du pied facilite l’adhérence au sol quelle qu’en soit sa nature : rocaille, glace, pente boueuse d’un étang. Quand aux pattes palmées, ce n’est qu’une légende dont on ne trouve nulle trace dans le standard d’autant que, bien d’autres races en sont pourvues.

ALLURES
Allures dégagées, couvrant bien du terrain. Les membres antérieurs et postérieurs se déplacent dans des plans parallèles à l'axe du corps.

Dégagées et couvrant bien le terrain signifie que, au trot, allure à laquelle se juge toujours un chien, la patte arrière s’avance presque jusqu’au niveau de l’emprunte laissée par la patte avant. De face et au trot, les membres doivent rester parallèle au plan médian. Plus l’allure s’accélère, moins le parallélisme sera respecté. De profil, la foulée est ample et le dos reste droit et tendu.
Petite remarque concernant les allures du labrador à la nage. Il nage parfaitement à plat sur l’eau ce qui, ajouté à son aérodynamique (corps en pointe de flèche, dessin des lèvres) lui permet de nager avec une économie d’efforts, de façon discrète, sans remous, truffe à raz de l’eau. Pendant la nage, la queue en perpétuel mouvement fait office de gouvernail mais aussi de rame, amplifiant l’efficacité des mouvements des pattes arrières.



ROBE / POIL
Le poil est un trait distinctif du Labrador. Il est court et dense, sans ondulations ni franges ; il donne au toucher l'impression d'être passablement rêche ; le sous-poil est résistant aux intempéries.

Quand un labrador est en condition de poil optimale et qu’il va beaucoup à l’eau, il est fréquent que le poil présente des ondulations sur la ligne de dos. Il est légèrement gras et donne l’impression d’être rèche au toucher. Le sous poil est quand à lui épais et laineux, protégeant parfaitement le chien du froid et des intempéries. Chaque année, l labrador présente deux mues fort abondantes.

COULEUR
Entièrement noir, jaune ou marron (foie-chocolat). Le jaune va du crème clair au roux (du renard). Une petite tâche blanche est admise sur le poitrail.

TAILLE
Hauteur au garrot idéale de 56 à 57 cm chez le mâle et de 54 à 56 cm chez la femelle.

Tailles tolérées pour la confirmation : 53-59cm chez le mâle, 51-58cm chez la femelle.

Le standard donne les tailles idéales, mesurées au garrot qu’il est primordial de savoir situer avec exactitude sur le chien. La taille intervient dans l’harmonie générale du chien. « Si un chien, surtout un mâle, semble trop grand, c’est que bien souvent quelque chose n’est pas en harmonie dans sa silhouette ».

DEFAUTS
Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

N.B
Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Merci à Jean-Marc Wurtz pour les commentaires (en noir) et les illustrations (extraites de 2 livres : R. Raikes- le labrador et autres retrievers aux eds De vecchi et
M De St Fuscien- Le Labrador, eds du gerfaut)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/beauregardduboisdelescampette/home
 
Standard de la race
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Problème par rapport au standard de la race et expo
» LE NOUVEAU STANDARD DE LA POULE SOIE
» La faverolles française naine
» Questions sur le caractère du galgo - Questions about galgo's character
» Berger de Bergame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Passionnés de Retriever Labrador :: Généralités :: Le Retriever Labrador-
Sauter vers: