Forum des Passionnés de Retriever Labrador
Vite, on vous attend....



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le labrador, qui est-il?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salto
Admin
avatar

Féminin
Ville : Neuville Bosc Age : 55
Nombre de messages : 2384
Date d'inscription : 07/11/2008

MessageSujet: Le labrador, qui est-il?   Sam 8 Nov 2008 - 15:27

Le Labrador, qui est-il ?

Jacques Faroux, dans son ouvrage consacré en 1948 aux retrievers écrivait :
« Le retriever est un spécialiste du pistage et du rapport. Son travail consiste avant tout à retrouver le gibier tué, tombé hors de vue, ou le gibier blessé qui se dérobe.Cette seconde partie de sa tâche n’est pas la plus facile. Dans la chasse à courre, le piqueux peut aider et guider ses chiens dans les difficultés ……Il peut s’apercevoir de l’erreur et les remettre dans le droit chemin. Le retriever ne peut attendre pareille aide de son maître. Il est entièrement livré à lui-même. Trouver de haut nez une pièce raide, prendre sagement une piste difficile à débrouiller, garder le change de la bête pistée sans se laisser distraire dans son travail par un lièvre qui bondit de son gîte ou un oiseau non tiré qui s’envole, nécessite un nez fin et un sang-froid spécial. Ce sont les qualités primordiales à rechercher chez un retriever. Une bonne vue et une bonne mémoire sont également indispensables pour permettre au chien de repérer exactement les points de chute. Le retriever doit rapporter tout et partout, c'est-à-dire des animaux très différents en poids et en taille (de la petite bécassine au gros lièvre), avec lesquels il peut avoir à franchir un grillage ou des clôtures. Il doit donc être puissant et assumer un rapport impeccable avec de fortes mâchoires et la dent douce. Le rapport doit être inné chez lui……A quelques mois seulement, un chiot doit rapporter naturellement. Son dressage est à la fois simple et compliqué. Il faut lui apprendre d’abord l’obéissance : à revenir à son maître quand celui-ci l’appelle, à marcher à ses cotés sans être attaché, à demeurer assis parfaitement sage au cours d’une battue, également sans être attaché, en repérant la pièce qui tombe, mais sans partir avant l’ordre à la recherche du gibier. Il est impératif de se souvenir que le retriever est le plus docile des chiens, que l’on obtient de lui beaucoup plus par la douceur que par la force et qu’il faut toujours chercher à développer chez lui l’indispensable et brillante initiative sans laquelle un sujet, même parfaitement mis, ne sera jamais un retriever »

Voila, tout est dit et bien dit ! Mais allons un peu plus dans le détail.

Le labrador, de son vrai nom Labrador Retriever est un retriever. Les retrievers composent une famille faite de 6 races dont 4 d’origine britannique (Labrador, golden retriever, flatcoated retriever et curly coated retriever) et 2 d’origine nord-américaine (nova scottia duck tolling retriever et chesapeake bay dog retriever).

Retriever vient du verbe anglais «to retrieve » dont la traduction française est « récupérer ». Un retriever est donc un chien destiné à récupérer le gibier tiré, à travailler après le coup de fusil.
Le labrador partage avec les autres retrievers certaines aptitudes:un naturel calme, une grande sociabilité, un tempérament actif, une assiduité à la tâche, une grande finesse de nez ainsi qu’un goût immodéré pour l'eau et le rapport. Plus propre aux retrievers, il faut y ajouter une grande « dressabilité », le « marcking » et le « will to please ». Rajoutons y pour être complet l’amour de l’homme en général et une solide aversion pour la solitude.

La grande « dressabilité » fait du labrador un chien avide d’apprendre et surtout, un chien à qui on peut enseigner tout ce qu’on veut. Par contre, son coté un peu têtu fait que, si on ne l’éduque pas et si on ne l’occupe pas, bref s’il se sent inutile, il deviendra rapidement un paresseux juste apte à faire les pires bêtises.

Le marcking est cette capacité à visualiser et à mémoriser les points de chutes du gibier tiré. Cette capacité, liée à une acuité visuelle et une intelligence exceptionnelle, lui permet d’aller rapidement et par le plus court chemin au point de chute d’un oiseau pour le saisir et le rapporter. Ce facteur temps revêt toute son importance en cas de gibier blessé permettant de réduire au maximum les souffrances de l’animal. Si le gibier est tombé trop loin ou caché par un obstacle et que le marcking n’a pu s’exprimer que partiellement, la finesse de nez permettra au chien de finaliser sa quête par une action de pistage, pistage également nécessaire dans e cas d’un gibier blessé ayant pris la fuite. Il est à noter que le labrador est aussi capable de marcking à l’oreille, le bruit de l’impact d’un gibier tombant, hors de son champ de vision sur le sol ou dans l’eau, lui permettant de localiser avec précision le point de chute.


Deux labradors en train de marquer la chute d’un apportable.
Notez la position des oreilles de la chienne de gauche. On dit du chien qu’il « se coiffe ».


Le « will to please » est ce besoin irrépressible de faire plaisir à son maître. Cette qualité amplifie toutes les autres et explique un peu mieux pourquoi ce spécialiste du rapport est prêt à tout apprendre et à tout faire.

Quand à son amour de l’homme, elle fait du labrador le compagnon idéal de toute la famille. Le labrador n’est pas le chien d’un seul maître. Il aime et suit quiconque saura l’aimer et le satisfaire, bref, si un labrador se sent mal quelque part, il n’hésitera pas à suivre le premier venu qui lui accordera son affection et surtout sa compagnie. Car ce que notre labrador déteste le plus, c’est la solitude.

Bref le labrador chien de famille certes mais, avant tout chien de travail. Chien de chasse bien sûr, c’est ce pour quo il a été créé. Mais ses qualités naturelles, et avant tout sa « dressabilité », son calme et sa sociabilité, on permis de faire de ce chasseur un chien d’utilité dans de nombreux domaines étrangers à la chasse :
[*]Chien guide d’aveugles.
[*]Chien d’assistance aux personnes handicapées.
[*]Chien d’assistance aux personnes âgées dans les maisons de retraite.
[*]Chien de recherche de drogues et d’explosifs.
[*]Chien de recherche pour personnes enfouie sous les décombres ou une avalanche.
[*]Chien de recherche de truffes (le cavage)……

Quand à son rôle de chien de chasse, le labrador est passé au fil des ans du statut de spécialiste du rapport à celui de « bonne à tout faire ». La première évolution de son utilisation cynégétique fut celle de chien leveur de gibier. Cette extension est naturelle et logique, les chiens leveurs de gibiers, principalement les différentes races de spaniels, étant tous naturellement retrievers. Le leveur de gibier arpente le terrain à courte distance de son conducteur faisant voler sur son passage les oiseaux de rencontre ou jaillir le lièvre hors de son gîte. La courte distance d’éloignement par rapport au tireur (on dit que le chien chasse « sous le fusil »..) est indispensable pour pouvoir tirer car, contrairement à ce qui se passe avec un chien d’arrêt, le départ du gibier est une surprise presque totale. Le chien d’arrêt lui « marque l’arrêt » une fois le gibier trouvé pour le bloquer. L’arrêt est pour le chasseur le signal de se préparer à tirer. Le fait que l’oiseau soit (en général…..) bloqué permet au chasseur de rejoindre le chien et donc, le point d’envol du gibier, ce qui permet un tir plus « préparé ».


Chienne labrador utilisée en leveur de gibier en train de « faire la litière » d’un étang.

Puis on le retrouve aussi bien dans les battues au grand gibier pour pousser les animaux vers la ligne de tir qu’en tant que chien de rouge c'est-à-dire de chien servant à rechercher « au sang » le grand gibier blessé. Je ne m’étendrai pas sur ce type d’utilisation car y étant peu favorable et faisant par ailleurs preuve d’un purisme qu’on pourra juger dépassé et me faisant réserver le labrador à la chasse du petit gibier.

On peut ainsi décrire les situations suivantes :
[*]La chasse dite « à l’anglaise » était l’utilisation première de ce chien, celle que lui octroyaient les sportsmens anglais de l’aristocratie britannique puis française du 19èm et du début du 20èm siècle. Le labrador y travaillait d’équipe avec un couple de chiens d’arrêt auxquels il servait de « valet ». Les chiens d’arrêt travaillaient avant le coup de feu alors que celui du labrador, resté en arrière, commençait ensuite. Ce mode de chasse est en voie de disparition, plus par manque de conducteurs aptes à éduquer des chiens différents (et a atteindre le niveau de perfection nécessaire…) qu’en raison des difficultés économiques à entretenir plusieurs chiens, raison officiellement évoquée.


Rapport d’un canard en eau profonde par un mâle labrador


[*]La chasse du gibier d’eau est actuellement la discipline où le labrador est roi. Pendant la passée du soir ou la volée du matin, il est assis sagement à « la botte » de son conducteur en bordure du plan d’eau, calme et silencieux pendant les coups de feu (on parle de sagesse au poste ou « steadyness »…) et va récupérer, en pur retriever, les oiseaux au fur et à mesure de leur chute. Dans un second temps, il pourra être utilisé comme chien leveur de gibier pour « faire les litières » c'est-à-dire explorer méthodiquement les berges du plan d’eau pour y débusquer et faire s’envoler les oiseaux qui y avaient trouvés refuge ou encore, relever et pister les oiseaux blessés qui s’étaient enfuit. Si le gibier d’eau est chassé depuis un abri (chasse à la hutte, à la tonne, au gabion etc…..), le labrador partage cet abri avec le tireur et est envoyé au dehors récupérer le gibier une fois tiré. Il s’agit d’un rapport « à l’aveugle », le chien n’ayant pu marquer depuis l’intérieur de l’abri. Ce rapport doit faire face à une difficulté d’un autre genre. Ce type de chasse nécessite de placer sur le plan d’eau, afin d’attirer les oiseaux sauvages, des formes (oiseaux artificiels en plastique ou en bois…) et surtout des « appelants » oiseaux vivants, élevés et domestiqués, que le labrador devra scrupuleusement respecter, ne travaillant que sur l’oiseau tiré. Une fois la partie de chasse terminée, nombreux sont les chasseurs qui sollicitent leur labrador pour aller récupérer les formes et les appelants. Les appelants sont habitués au chien qui, de par sa « dent douce », les transporte sans le blesser.

[*]Les battues aux faisans sont le plus souvent « fixes ». Les chasseurs sont postés en ligne fixe, chien assis à la botte faisant preuve de steadyness, marquant les points de chute puis allant récupérer à l’ordre. Les oiseaux sont poussés vers les tireurs par les rabatteurs. La battue dite «marchante » est constituée d’une ligne de tireurs qui avancent suivis au pied par les chiens. Les oiseaux s’envolent à l’approche de cette ligne marchante et sont récupérés par les chiens une fois tirés.

[*]- La chasse « devant soi » ou à la « billebaude ». C’est l’image d’Epinal de la chasse, la chasse de nos grands pères, la chasse qui a la meilleure presse dans l’esprit du grand public: un homme seul avec son fusil et son chien, arpentant la campagne et tirant ce que le hasard des rencontres met sur leur route. Le labrador est là utilisé tel un spaniel, en leveur de gibier qui complète son action après le tir en retriever.


Couple de braques allemands chassant « à la billebaude » avec un labrador

Voila en quelques lignes fort incomplètes le tableau que l’on peut brosser de notre cher labrador et plus spécialement, de son rôle d’auxiliaire du chasseur. Ces lignes n’ont pas pour but de faire de tous les propriétaires de labradors des chasseurs. De moins en moins de labradors ont le privilège de chasser. On estime que sur les plus de 6000 naissances annuelles déclarées au LOF, seuls 400, à 500 labradors fouleront nos terrains de chasse. Ce que ces lignes espèrent ancrer dans les esprits, c’est que le labrador est un chien qui a besoin de travailler, de se rendre utile. Si le labrador est devenu ce chien qui nous plait tant, s’il est comme il est, c’est parce qu’il travaille, parce que ses parents, ses grands parents et tous ses ascendants ont travaillé. Des chiens qui ne travaillent plus vont changer et produire des chiens différents, des chiens moins calmes, moins sociables bref, des chiens dont toutes les qualités naturelles s’émousseront au fur et à mesure des générations pour n’en faire plus que des chiens difficiles, hyper actifs et plus aptes à rien d’autre que le « houliganisme ».

Jean-Marc Wurtz.

Une fois de plus, un grand merci à Jean-Marc pour ce magnifique portrait, tout aussi magnifiquement illustré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/beauregardduboisdelescampette/home
Fabienne
Puppy
Puppy
avatar

Féminin
Ville : Herstal Belgique Age : 45
Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 25/12/2009

MessageSujet: Re: Le labrador, qui est-il?   Dim 24 Jan 2010 - 4:48

Très bel article, une descirption magnifique du labrador, bravo!!
Dans certaines ligne, on arrive même a revoir( dans notre esprit) ce que nos chiens font pendant la saison!!
Merci pour ce beau moment de lecture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nathalie60
bob
bob
avatar

Féminin
Ville : oise Age : 51
Nombre de messages : 2647
Date d'inscription : 14/12/2009

MessageSujet: Re: Le labrador, qui est-il?   Dim 24 Jan 2010 - 8:58

merci merci JM que serais notre labrador sans tous t'est ecrit ,texte et ilustration de grande qualite ,merci de nous les faire partager a nous simple amoureux de nos lab

nat

_________________
élevé des lab oui mais avec passion, amour et respect là est notre ligne de conduite avant tout!!!!
notre oeuvre: notre pension canine et feline 100% familliale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dulabramour.com
TAG
Puppy
Puppy
avatar

Féminin
Ville : Brillon Age : 31
Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 20/04/2013

MessageSujet: Re: Le labrador, qui est-il?   Sam 20 Avr 2013 - 14:30

Bravo , ces toutous sont très doués , et trop mignon !!! top
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le labrador, qui est-il?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le labrador, qui est-il?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» labrador noir 5 ans BDR
» URGENT caline labrador femelle noir de 11 mois
» Asco labrador noir de 6 ans SNPA Rouen
» Boby husky croisé labrador trouvé dans une cabine téléphoniq
» [Adopté] bébé type labrador noir yeux vairons (38)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des Passionnés de Retriever Labrador :: Généralités :: Le Retriever Labrador-
Sauter vers: